Make your own free website on Tripod.com

 

Les paraboles de Jésus

Chapitre 9

La perle

[Flash Player]

Notre Sauveur compara les bénédictions que nous assure l'amour rédempteur à une perle. Il illustra son enseignement par la parabole du marchand parti à la recherche de perles précieuses : « Il a trouvé une perle de grand prix; et il est allé vendre tout ce qu'il avait, et l'a achetée. » (Matthieu 13:46) Le Christ est cette perle précieuse, car en lui est rassemblée toute la gloire du Père, la plénitude de la divinité. Il est le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne. (Hébreux 1:3) Son caractère révèle les attributs de Dieu, et chaque page de l'Écriture réfléchit sa lumière. Sa justice, semblable à une perle blanche et pure, est sans défaut et sans tache. Aucune oeuvre humaine ne peut améliorer le grand et précieux don de Dieu aux hommes. Il est parfait, car en Jésus-Christ « sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science »; et « il a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption » (Colossiens 2:3; 1 Corinthiens 1:30). En lui sont satisfaits, pour cette vie et pour l'éternité, tous les désirs ardents de l'âme humaine. Notre Rédempteur est une perle de si grande valeur que, comparés à elle, tous les autres biens peuvent être considérés comme une perte.

Le Christ est venu chez les siens et les siens ne l'ont pas reçu. La lumière de Dieu a brillé dans les ténèbres du monde, « et les ténèbres ne l'ont point reçue » (Jean 1:11,5). Mais tous ne restèrent pas indifférents à ce don du ciel. Le marchand de la parabole représente une classe de gens qui sont animés du désir sincère de trouver la vérité. Des hommes réfléchis de toute nationalité s'étaient efforcés de trouver dans la littérature, les sciences et les religions du monde païen ce qui manquait à leurs âmes. Parmi les Juifs, des coeurs sincères soupiraient après quelque chose que ne pouvait leur procurer une religion formaliste. Ils éprouvaient le besoin de s'élever spirituellement. Les disciples de Jésus appartenaient à cette dernière catégorie, Corneille et l'eunuque d'Éthiopie, à la première. Ils avaient ardemment désiré la lumière d'en haut et avaient prié avec instance pour la recevoir; c'est pourquoi ils acceptèrent le Christ avec joie quand il se révéla.

Dans la parabole, il ne nous est pas dit que la perle est un don : le négociant l'a achetée au prix de tous ses biens. Beaucoup se demandent ce qu'il faut en conclure, car le Christ nous est présenté dans l'Écriture comme un don. En effet, il est un don, mais seulement pour ceux qui se livrent à lui sans réserve, coeur, âme et esprit, pour vivre dans l'obéissance à toutes ses exigences. Tout ce que nous sommes, tous nos talents et nos aptitudes sont à lui et doivent être consacrés à son service. Quand nous nous donnons entièrement à lui, il se donne à nous avec toutes les richesses du ciel. C'est ainsi que nous recevons la perle de grand prix.

Le salut est un don gratuit, et cependant il doit être acheté et vendu. Sur le marché de la miséricorde, la perle précieuse est achetée sans argent, sans rien payer. Là, les biens célestes sont accessibles à tous. Le trésor des joyaux de la vérité est ouvert à chacun. « J'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer » (Apocalypse 3:8), déclare le Seigneur. Aucune sentinelle n'y monte la garde. Au contraire, des voix vous convient à entrer. Le Sauveur Lui-même adresse à chacun cette invitation pressante et affectueuse : « Je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche. » (Apocalypse 3:18)

L'Évangile du Christ est une bénédiction que tout le monde peut recevoir; les plus pauvres comme les plus riches peuvent obtenir le salut, car ce n'est pas avec la fortune qu'on l'acquiert, mais par une obéissance volontaire, en se livrant au Christ comme un bien qu'il s'est acquis. La meilleure éducation elle-même n'a pas la vertu de rapprocher l'homme de Dieu. Les pharisiens, favorisés par de nombreux avantages temporels et spirituels, disaient avec ostentation : « Nous sommes riches, aurions-nous encore besoin de quelque chose? » Pourtant, ils étaient malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus. (Voir Apocalypse 3:17) Le Christ leur avait offert la perle de grand prix, mais ils l'avaient dédaignée; aussi leur dit-il : « Les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu. » (Matthieu 21:31)

Nous ne pouvons pas gagner le salut, mais il faut que nous le recherchions avec autant de ferveur et de persévérance que si nous devions tout abandonner pour l'obtenir.

Il nous faut chercher la perle de grand prix, mais non sur les marchés ou à la manière du monde. Dieu ne nous demande ni argent ni or en paiement, puisque tout est à lui. Abandonnez l'idée que vous assurerez votre salut par des avantages temporels ou spirituels. Dieu vous demande une obéissance volontaire, il vous invite à délaisser vos péchés. « Celui qui vaincra, dit-il, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. » (Apocalypse 3:21)

Certaines personnes semblent être constamment à la recherche de la perle céleste, mais elles ne consentent pas à rompre tout à fait avec leurs anciennes habitudes. Elles ne meurent pas à elles-mêmes pour laisser le Christ vivre en elles. C'est la raison pour laquelle elles ne parviennent pas à trouver la perle précieuse. Elles sont esclaves d'ambitions malsaines et de l'attirance exercée par le monde; elles ne prennent pas leur croix ni ne suivent leur Sauveur sur le chemin du renoncement et du sacrifice. Presque chrétiennes, elles semblent près du royaume des cieux mais ne peuvent y entrer. Presque sauvé, mais pas entièrement, cela signifie non pas presque, mais totalement perdu.

La parabole du marchand de perles fines a deux sens. Elle ne s'applique pas seulement aux hommes qui soupirent après le royaume des cieux, mais aussi au Christ qui est à la recherche de son héritage perdu. Divin marchand en quête de belles perles, il a discerné dans l'humanité la perle de grand prix. Il a vu la possibilité de sauver l'homme souillé et ruiné par le péché. Les coeurs qui ont servi de champ de bataille aux assauts de l'ennemi et qui ont été délivrés par la puissance de l'amour sont plus précieux aux yeux du Rédempteur que ceux qui n'ont jamais péché. Dieu ne considère pas l'humanité comme indigne et souillée; il la voit à travers son Fils et sait ce qu'elle peut devenir grâce à l'amour rédempteur. Il a abandonné toutes les richesses de l'univers pour acheter la perle; après l'avoir retrouvée, Jésus l'enchâsse de nouveau dans son diadème. « Ils sont les pierres d'un diadème, qui brilleront dans son pays. » (Zacharie 9:16) « Ils seront à moi, dit l'Éternel des armées, ils m'appartiendront au jour que je prépare. » (Malachie 3:17)

Mais le thème sur lequel nous devons méditer avant tout, c'est le Christ, perle de grand prix, et le privilège que nous avons de pouvoir posséder ce trésor céleste. C'est le Saint-Esprit qui nous fait connaître la valeur de la perle de grand prix. C'est quand on la recherche avec ferveur jusqu'à ce qu'on l'ait trouvée que le Saint-Esprit manifeste sa puissance. Au temps du Christ, nombreux étaient ceux qui venaient écouter la bonne nouvelle, mais leur esprit était obscurci par de faux enseignements, et ils ne reconnaissaient pas dans l'humble Maître de Galilée l'envoyé de Dieu. Mais après l'ascension du Christ, son élévation au trône et l'inauguration de son oeuvre de médiation furent marquées par l'effusion du Saint-Esprit au jour de la Pentecôte. Les témoins de Jésus proclamèrent la puissance du Sauveur ressuscité. La lumière divine pénétra dans le coeur de ceux qui avaient été induits en erreur par les adversaires du Christ. Désormais, ils l'exaltèrent publiquement comme « Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés » (Actes 5:31) Ils le virent entouré de la gloire des cieux, prêt à répandre de riches bénédictions sur tous ceux qui abandonneraient la voie de la révolte. Lorsque les apôtres proclamèrent la gloire du Fils unique venu du Père, trois mille âmes se convertirent. Elles se virent telles qu'elles étaient, pécheresses et souillées, et reconnurent en Jésus leur ami et leur rédempteur. Le Christ fut exalté et glorifié par la puissance de Dieu qui reposait sur l'homme. Par la foi, ces nouveaux croyants virent en lui celui qui avait supporté l'humiliation, la souffrance et la mort pour qu'ils ne périssent pas, mais qu'ils aient la vie éternelle. La révélation du Christ par l'Esprit leur permit de comprendre toute l'étendue de sa puissance et de sa majesté; c'est ainsi que, tendant les mains vers lui avec foi, ils purent s'écrier : « Nous croyons! »

Alors l'heureuse nouvelle du Sauveur ressuscité se répandit jusqu'aux extrémités du monde habité. L'Église vit accourir à elle de tous côtés une foule de convertis. Des croyants se reconvertissaient et des pécheurs se joignaient aux chrétiens pour découvrir, eux aussi, la perle de grand prix. La prophétie se réalisait : « Et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David; la maison de David sera comme Dieu, comme l'ange de l'Éternel devant eux. » (Zacharie 12:8) Chaque chrétien voyait en son frère l'image de l'amour divin. Un seul intérêt prévalait dans l'Église, éclipsant tous les autres : refléter le caractère du Christ et travailler à l'édification de son royaume. « La multitude de ceux qui avaient cru n'était qu'un coeur et qu'une âme. ... Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous. ... Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Église ceux qui étaient sauvés. » (Actes 4:32,33; 2:47) L'esprit du Christ animait toute l'assemblée, car chacun avait découvert la perle de grand prix.

Ces scènes doivent se renouveler avec une plus grande puissance encore, car l'effusion du Saint-Esprit au jour de la Pentecôte n'était que la pluie de l'automne, mais la pluie du printemps sera plus abondante. L'Esprit attend que nous aspirions à le recevoir. Le Christ doit être une seconde fois révélé dans sa plénitude par la puissance de l'Esprit. Les hommes discerneront la valeur réelle de la perle précieuse et ils s'écrieront avec l'apôtre Paul : « Ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur. » (Philippiens 3:7,8)